Comment le genre influence le Tarot

Comment le genre influence le Tarot

6 juin 2024

Soleil et Lune dans le Tarot
Soleil et Lune dans le Tarot
Soleil et Lune dans le Tarot

Et comment porter un nouveau regard sur nos cartes


Il y a un mois, je dînais chez mon père. Ma famille, de ce côté-là, est libanaise. Nous discutions des erreurs fréquentes de “genrage” des mots lorsque l’on passe de l’arabe au français, ou vice-versa. En effet, presque la moitié des mots féminins en français sont au masculin en arabe, et inversement.

Cette info était déjà en ma connaissance. Mais ce soir-là, 2 mots vont provoquer une folle révélation en moi : j’apprends, qu’en Orient, la Lune serait masculine et le Soleil féminin !

Nos astres, tant chéris et codifiés dans le Tarot, auraient donc un tout autre sens “énergétique” (masculin/féminin) à l’autre bout de la Méditerranée ?

Un monde s’écroule… J’ai besoin de comprendre.

Et comme je souhaitais vous partager ces trouvailles - que dis-je, ces révélations spirituelles ! - je vous embarque avec moi aujourd’hui pour explorer ce mic-mac symbolique et tenter de trouver un sens au non-sens.

Plongeons ! 📖

Audrey


Nous ne connaissons pas l’origine exacte des atouts du Tarot (des 22 cartes dites majeures). Mais ce qui est certain c’est que ces cartes sont à l’origine des plus folles théories ésotériques, et pour cause : elles semblent nous raconter une histoire… l’histoire du cheminement d’une âme sur Terre.

Rien que ça ! En effet, les atouts du Tarot dit “divinatoire” sont des archétypes, des allégories et des vertus de la condition humaine. Ces cartes, apparues en Italie au XIVe s., auraient peut-être été des cartes d’enseignement philosophique et spirituel.

Je ne développerai pas plus ici le sujet, vous pouvez retrouver l’intégralité de la fabuleuse histoire du Tarot dans ce précédent billet (+ podcast).
 

Les cartes du Tarot prennent donc leur source dans une société chrétienne de la Renaissance. Et cela influence énormément leur imagerie et leurs symboliques...

Parlons de l’imagerie :

Si l’on reprend le Tarot dit “de Marseille”, directement issu de l’imagerie des Tarots Italiens, on y trouve des personnages médiévaux, habillés et parés selon le style et les codes de l’époque (tenue, couronnes, objets).

Imaginez que les cartes du Tarot aient été inventées en Inde, leur imagerie aurait été complètement différente !


(Exercice créatif : prenez 1 min pour imaginer les atouts ci-dessous en version indienne).


Parlons maintenant de la symbolique :

Celle-ci est déjà influencée par les symboles présents ou absents des cartes. Comme nous le disions précédemment, si le Tarot avait été indien, certains symboles très chrétiens n’apparaîtraient pas et laisseraient place à des symboles Hindous et/ou Bouddhistes.

Mais certains symboles sont universels, et on en arrive à ce fameux exemple du Soleil et de la Lune...

« Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles.» Genèse, 1, 16


Que nous apprennent nos deux luminaires ? 

Nos deux astres font couler de l’encre et bouillonner les imaginations depuis que l’Humanité pense. Bien que j’ai très envie de vous conter mille choses à ce sujet moi aussi, je vous épargne ici l’équivalent d’une thèse et vais tenter d’aller droit à l’essentiel.

Je vous propose de nous pencher exclusivement sur la question du genre de la Lune et du Soleil dans différentes cultures et langues (le genre faisant d’ailleurs beaucoup débat en ce moment, mais malheureusement ici, les principaux·les intéressé·e·s n’ont pas eu leur mot à dire - après-tout, ne devrions-nous pas demander à la Lune et au Soleil si genre iels ont ? On pourrait demander à Indochine d’aller leur parler...).

Pourquoi étudier le genre ? Et bien parce-que, très souvent, en Tarot et dans d’autres pratiques de bien-être holistique, on attribue un genre aux symboles Lune et Soleil et on les associe à de l’énergie, soit masculine, soit féminine, et des attributs, prétendument masculins ou féminins. En sommes, nous faisons donc des interprétations en fonction d’un soit-disant genre. C’est pourquoi j’ai eu envie de faire un focus sur ce sujet en particulier, qui me semble hautement riche et intéressant.
 

N.B. 1 : Ce billet n’est pas exempte d’erreurs et/ou d’omissions, mais il nous donnera tout de même un large aperçu du sujet et des conclusions que l’on peut en tirer.

N.B. 2 : Les divinités évoquées ci-après sont issues de diverses mythologies, notamment grecque, romaine, égyptienne, japonaise, nordique, et autres cultures anciennes. Quant à la liste de langues étudiées, elle est loin d’être exhaustive (23 langues). Les sources sont à retrouver en fin d’article.


Ci dessous, le tableau des langues étudiées pour ce billet (les couleurs représentent les différentes familles - voir tableau suivant) : 

Si on les regroupe par grandes familles de langues, voici la répartition "féminin/masculin" pour chacune de ces familles : 


🌙  La Lune :

  • Elle est représentée par 10 divinités masculines contre 8 divinités féminines ;

  • Le mot “lune” est genré au féminin dans 10 langues, au masculin dans 9 langues, et non-genré dans 4 langues ;

  • Dans les 15 langues indo-européennes étudiées, le mot “lune” est principalement genré au féminin (10/15).

☀️ Le Soleil :

  • Il est représenté par 32 divinités masculines contre 6 divinités féminines ;

  • Le mot “soleil” est genré au féminin dans 7 langues, au masculin dans 12 langues, et non-genré dans 4 langues ;

  • Dans les 15 langues indo-européennes étudiées, le mot “soleil” est principalement genré au masculin (12/15).


Conclusions 
1. Le soleil est très peu souvent attribué au féminin, qu’il s’agisse d’une question de genre de mot ou de genre de divinités (le nombre de divinités masculines attribuées au Soleil est d’ailleurs assez effarant, à croire que la femme n’a pas sa place à la lumière du centre du monde…).
2. Quant à la Lune, elle est peut-être majoritairement genrée au féminin dans les langues, mais s’est vue elle-aussi voler la vedette par les hommes lorsqu’il s’agit de divinités.

Bon, relativisons tout de même : cette brève enquête nous ouvre les yeux sur le fait que, de part le globe, les cultures ne sont pas forcément d’accord sur le genre, sémantique ou divin, à attribuer à nos 2 astres.


Mais alors, quel est l’impact d’une telle découverte pour nous autres apprenti·e·s tarologues, expert·e·s ou en devenir ?


Si le symboles universels du Tarot, tels que le Soleil et la lune, n’ont pas le même genre selon que se trouve en Allemagne ou en France, est-ce que cela change toute leur interprétation ?!

Pour répondre à cette question, prenons l’exemple de la Lune. Après une profonde documentation (dont la lecture d’une thèse complète sur l’influence de la Lune sur les vêlages - Spoiler : la Lune n’a aucun effet sur les naissances, ni humaines, ni animales, ni même sur nos menstrues d’ailleurs… désolée, les sciences ont parlées !), il semblerait que les symboliques lunaires soient, à peu de choses près, finalement très universelles de part le monde.

La Lune est, dans les grandes lignes :

  • Un instrument de mesure du temps, à l’origine de nombreux calendriers humains ;

  • Une puissance passive, Mère du monde et des eaux : tout en étant un des deux luminaires, la Lune n'émet pas par elle-même de lumière, la positionnant ainsi en principe féminin maternel et fécond (en opposition avec le principe masculin et fécondateur du Soleil). Son rôle de mère féconde est d'ailleurs renforcé par la périodicité synodique de 29,5 jours, proche du cycle menstruel moyen (”menstrues” tirant sont étymologie de la lune bien sûre !) ;

  • Un symbole de la connaissance indirecte : lorsque l'on regarde la Lune, c'est indirectement la lumière du Soleil que l'on voit en elle ; la Lune est ainsi un symbole de connaissance indirecte et intuitive, et, elle règne sur les sciences occultes, l'inconscient et les rêves ;

  • Un symbole d’aspect néfaste : un ensemble de croyances lui attribuent un effet mauvais ou destructeur en raison du côté nocturne et ténébreux du monde lunaire (à l’inverse de la chaleur bienfaitrice du monde solaire).

Ainsi, la Lune réunit les Humains à travers le monde. Un oeil humain peut constater le même comportement de la Lune, où qu’il soit sur notre planète. La Lune joue le rôle de métaphore et de son observation factuelle ont découlé une multitudes de représentations et de prétendus pouvoirs, et ce qu’elle soit genrée au féminin ou au masculin.


Est-ce que le genre n’a-t-il finalement pas tant d’importance..?

En Reikiologie, pratique de bien-être par la relaxation à laquelle je suis formée, j’ai appris le sens Bouddhiste d’énergie masculine et énergie féminine.

L’énergie masculine représenterait la dynamique / l’action, là où l’énergie féminine représenterait l’espace dans lequel cette dynamique / ce mouvement pourrait s’exprimer. Ainsi, l’une ne va pas sans l’autre. Ces 2 énergies, véritables polarités intérieures à chaque être vivant, travaillent ensemble au profit de l’union intérieure ; séparées, elles créent un sentiment de dualité, sentiment à l’origine de notre mal-être.

Cette définition Bouddhiste reprend largement les codes du féminin et du masculin utilisés à travers le monde depuis des siècles : le féminin serait symbole de sagesse, d’intuition, de douceur, de maternité (plus largement la capacité à nourrir et prendre soin), mais aussi, ne l’oublions pas, de réceptivité et de passivité ; le masculin, complémentaire, serait quant à lui symbole d’action, de force, de courage, de rationalité, d’indépendance et d’autorité.

Mais il est crucial de comprendre que ces associations sont largement basées sur des stéréotypes culturels et ne reflètent pas nécessairement les caractéristiques individuelles des hommes ou des femmes.

De tout temps et dans l’extrême majorité des sociétés humaines, la femme a été reléguée au second plan. C’est ce qu’on appelle communément aujourd’hui le patriarcat et que le féminisme essaye de combattre (combattre non pas pour détruire les hommes mais bien pour déconstruire ces stéréotypes ancestraux et redonner du pouvoir, du potentiel de faisabilité aux femmes - les femmes peuvent être fortes, courageuses, indépendantes, autoritaires et rationnelles).

D’ailleurs, pour la petite histoire, dans l’Edda (chef-d’oeuvre de littérature islandaise, écrit en 1220, offrant une présentation complète de la mythologie nordique), le géant Mundilfäri fait tourner les cieux avec son fils Mâni (la Lune) et sa fille Sôl (le Soleil). Pour les nordiques, le jour commençait la nuit et la Lune était ainsi un marqueur temporel fort (et ici masculinisé) ; le soleil, lui, était une déesse à qui ont attribuait fertilité et abondance.
 

Et si on s’affranchissait des symboliques traditionnelles ?

Mais pourquoi Diable vouloir s’affranchir des symboliques, alors que le Tarot lui-même est né du symbolisme ?!

Et bien pour 3 raisons principales :

  • Pour vivre avec son temps : fini la mythologie et la Renaissance italienne, nous sommes en 2024 et avons tout à fait le droit (et peut-être même le devoir) d’actualiser l’utilisation et la lecture de ces cartes ancestrales. Comme j’aime le dire souvent, le Tarot est un outil évolutif et vivant, qui s’est sans cesse transformé au fil des siècles ! Notre société encourage aujourd’hui une vision plus nuancée et inclusive des traits humains, s’affranchissant du genre et reconnaissant que chaque individu peut incarner une combinaison unique de qualités (et de défauts) ;

  • Pour ne pas dépendre des livrets : quoi de mieux que de pouvoir interpréter une image par sa simple observation ? C’est tout l’intérêt du Tarot introspectif / psychologique / intuitif ! Rendre aux images leur pouvoir principal d’effet miroir, possible notamment et facilement grâce à l’exercice de description ; décrire une image nous donne bien plus d’indications sur notre état-d’esprit et nos ressentis que ce qu’on pourrait imaginer. Prêt·e à essayer ?


  • Pour en faire une lecture profondément intime : pour que cette lecture soit réellement le reflet de notre âme, et non la pâle transcription de larges symboliques collectives qui ne nous parlent peut-être pas (ex. : pour s’affranchir des symboliques du genre par exemple !).


Sources :

L’enseignement spirituel dispense par la Lune

Divinité lunaire

Catégorie:Divinité solaire

Le symbolisme du soleil : signification spirituelle

Le symbolisme de la lune et sa signification spirituelle

https://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=684

https://fr.wikipedia.org/wiki/Edda_de_Snorri

https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1911/le-soleil-et-la-lune-dans-la-mythologie-nordique/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_par_famille

Recevez mes conseils :

© 2024 | la·Belle·Vie Tarot

Recevez mes conseils :

© 2024 | la·Belle·Vie Tarot

Recevez mes conseils :

© 2024 | la·Belle·Vie Tarot